Sport outdoor : les règles pour s’adapter au terrain

Bien-être, santé mentale, forme physique… Les bienfaits des sports outdoor ne sont plus à démontrer. Parmi les plus appréciés figure la randonnée, qu’il est possible de faire seul, en famille ou encore entre amis. C’est à la fois un loisir et un sport de découverte. Toutefois, pour pratiquer un sport outdoor, il est essentiel de suivre certaines règles, notamment celle d’être bien équipé. Le matériel doit être à la fois facile à utiliser, confortable et protéger contre les aléas climatiques. De cette manière, on pourra profiter pleinement de l’activité choisie et de la nature environnante. Dans cet article, nous allons revenir sur les règles à suivre pour bien s’adapter au terrain.

Terrain Outdoor Adapter Regles Sport

De bonnes chaussures de randonnée : la base pour s'adapter au terrain !

La randonnée permet de profiter de paysages spectaculaires et des bienfaits de la nature sur notre santé. Cependant, lorsqu'on marche, nos pieds sont en effet sujets à la transpiration et aux frottements, ce qui favorise la création d'ampoules. Qui plus est, un bon maintien est essentiel étant donné qu'en extérieur, le terrain peut être instable, mouillé, glissant, etc. Lors d'activités en extérieur, il est donc important de bien choisir ses chaussures de randonnée et de se les procurer auprès de spécialistes en équipement outdoor. Comment choisir ses chaussures pour être serein et confortable lors de ses sorties ? Il faut pour cela se fier à plusieurs critères.

Vérifier la hauteur de tige de la chaussure

Il existe plusieurs hauteurs de tige :

  • la tige haute, qui maintient parfaitement la cheville, même en cas de terrain escarpé. Elle est parfaite pour les longues randonnées ou le trek, où la fatigue peut se faire sentir rapidement,
  • la tige moyenne, également appelée mid, est le choix intermédiaire entre la tige haute et la tige basse. Elle offre plus de souplesse que la première, avec une chaussure plus légère qui convient aussi bien pour la petite randonnée que la rando itinérante sur sentiers faciles à moyens,
  • la tige basse convient pour la marche active, la balade et les petites randonnées sur sentiers faciles. Ici, la chaussure est beaucoup plus légère.

Il faut donc faire attention à cet élément au moment d'acheter ses chaussures de randonnée.

alt = Chaussures de randonnée
© istock

Opter pour le bon matériau

On trouve également plusieurs choix en ce qui concerne le matériau des chaussures :

Les chaussures en cuir

C'est un matériau souple et durable qui absorbe l'eau. En revanche, cette faculté d'absorption aura tendance à alourdir la chaussure. Il est aussi parfois moins respirant. Le cuir nubuck (cuir poncé au papier de verre pour un toucher doux) ou le cuir suède (l'envers de la peau de l'animal) sont notamment à privilégier pour plus de respirabilité, même s'ils sont sensibles à l'humidité. Par ailleurs, le cuir nécessite un entretien régulier pour l'hydrater et le nourrir afin qu'il préserve son imperméabilité naturelle.

Les chaussures synthétiques

Ce matériau se décline en différentes sortes (nylon, kevlar, polyester). Il est plus léger, souple et respirant que le cuir. Le synthétique est notamment apprécié pour l'été. En revanche, il n'est pas imperméable et laisse passer l'eau en cas de pluie. De nombreuses chaussures peuvent être dotées de membranes imperméables pour pallier ce problème. Il est aussi moins résistant que le cuir.

Privilégier la respirabilité et l'imperméabilité

Les chaussures de randonnée doivent à la fois laisser les pieds respirer et les protéger de l'humidité produite par des éléments extérieurs comme la pluie, la neige, ou encore la rosée du matin.

La référence en la matière est la très connue membrane Gore-Tex. Les modèles dotés de cette technologie sont à la fois respirants et imperméables. D'autres enseignes moins connues peuvent également offrir de belles performances. Pour que l'imperméabilité soit assurée, les chaussures doivent être dotées d'une membrane étanche à plus de 10 000 Schmerber.

La doublure sans membrane Gore-Tex est néanmoins adaptée si on veut s'aventurer dans des régions plus sèches. En effet, l'humidité proviendra davantage des pieds étant donné la chaleur, plutôt que de la pluie ou d'autres facteurs climatiques. Dans tous les cas, il est toujours recommandé d'aérer ses pieds lors des phases de repos, pour plus de confort.

Comment trouver les semelles adaptées ?

La semelle est composée d'une gomme en caoutchouc dont la rigidité déterminera la durabilité des chaussures. Une gomme tendre offrira une adhérence et un amorti performants. En revanche, une gomme rigide aura tendance à s'user plus vite.

Le choix de la semelle se base également sur plusieurs facteurs :

  • l'accroche : elle est assurée par des crampons profonds et sculptés. Une bonne accroche permet de progresser plus aisément sur des terrains difficiles et instables,
  • l'adhérence : elle est apportée par des crampons larges et peu profonds. Elle facilite la marche sur des terrains durs, mais escarpés (roche, pierres…),
  • l'amorti atténue l'impact de la marche. C'est un critère essentiel de confort, mais aussi de protection des articulations et des tendons. La qualité de l'amorti dépend du type de semelle (plate, relevée à l'arrière ou à l'avant),
  • la largeur : une semelle large assure une parfaite stabilité, mais ne convient pas aux terrains escarpés, car elle va prendre trop de place au sol. Dans ce cas, la semelle étroite est plus adaptée. Cette dernière permet également d'avoir plus de précision,
  • la rigidité : pour un randonneur aguerri qui fait du trekking ou qui s'aventure sur des terrains difficiles, la semelle rigide conviendra parfaitement. Pour des sentiers faciles ou pour avoir plus de propulsion, la semelle souple sera plus adaptée.

Choisir ses chaussures en fonction de l'activité outdoor

Le choix des chaussures dépend également de sa pratique outdoor.

Pour une balade de quelques heures sur des sentiers tracés, sans difficulté apparente et sans un lourd sac sur le dos, des chaussures à tiges basses ou semi-montantes, souples et légères, sont adaptées. On pourra aussi les utiliser pour de la marche nordique, le VTT ou encore la course d'orientation.

La balade active est une approche plus sportive de la balade. Elle consiste à marcher en plaine et en moyenne montagne à allure soutenue. Les terrains sont variés, avec des dénivelés. Ici, on peut choisir entre des chaussures basses, mi-montantes, ou montantes en fonction des circonstances.

Pour la petite randonnée, durant entre quelques heures et quelques jours, les chaussures à tiges moyennes ou hautes sont adaptées. Cela permettra d'avoir un bon maintien de la cheville, tout en offrant une certaine souplesse et en permettant de supporter un sac à dos sur plusieurs jours.

Pour le trek et la grande randonnée, des chaussures adaptées, montantes, rigides et robustes sont essentielles pour marcher de longues heures sur des terrains complexes (accidentés, dénivelés…).

La marche d'approche consiste à se rapprocher au maximum des voies, voire de faire des ascensions en voies faciles ou en via ferrata. Ici, des chaussures dites de marche d'approche sont conseillées.

Il convient donc d'adapter ses chaussures au type de randonnée que l'on souhaite faire.

Randonnée, chaussures de marche, choix de la tige
© istock

Tenir compte des conditions climatiques

Si on marche en été, sur un terrain plat et en pleine chaleur, les chaussures fermées peuvent se révéler inconfortables, car elles ne laisseront pas les pieds respirer. Pour cela, il existe des sandales de marche, pouvant être fermées ou ouvertes.

Sur un terrain escarpé en revanche, des chaussures de randonnée légères et respirantes sont plus adaptées pour la période estivale, afin de mieux protéger ses pieds.

Sous la pluie, il existe des chaussures dotées d'un traitement déperlant, mais aussi des chaussures membranées qui assurent l'étanchéité.

Quelle pointure choisir ?

Pour la taille, il est recommandé de prendre une pointure au-dessus de celle que l'on porte habituellement. Si les pointes des pieds touchent le bout des chaussures, elles sont sans doute trop petites pour soi. On risque alors de se faire mal à chaque descente. Il vaut mieux les prendre un peu plus grandes, et assurer l'ajustement avec des chaussettes, ou au besoin une semelle.

Lors de l'achat, il est d'ailleurs préférable de bien essayer les chaussures, avec les chaussettes que l'on utilise habituellement et avec les semelles de maintien, si on en a. N'hésitez pas non plus à tester les chaussures sous toutes les configurations : en marchant, en avant, en arrière, en pente, etc.

Miser sur les guêtres pour se protéger de l'humidité

On a la possibilité de se procurer différents accessoires pour améliorer le confort et la praticité des chaussures de randonnée.

C'est par exemple le cas des guêtres, ou surbottes. On peut en porter, que les chaussures disposent de membranes imperméables ou non. Leur rôle est d'améliorer l'étanchéité face à des conditions extrêmes. Elles protègent notamment le haut de la tige de la pénétration de l'eau, tout en ayant un effet coupe-vent, ce qui peut être très pratique en haute montagne.

Les guêtres sont aussi particulièrement pratiques lorsqu'on porte une cape de pluie ou un poncho de randonnée. En effet, l'eau qui s'écoule sur ce dernier va s'égoutter directement sur ses chaussures et les pénétrer jusqu'à atteindre les pieds.

Porter les bonnes chaussettes

Les chaussettes sont également des accessoires incontournables lorsqu'on fait de la randonnée. En effet, sans une paire adaptée, les pieds vont transpirer, avec la sensation désagréable d'humidité qui l'accompagne. Pour plus de confort, les chaussettes doivent épouser parfaitement les pieds, sans que le tissu se tende ni se plie. L'hiver, il est important qu'elles protègent convenablement du froid, tout en laissant ses extrémités respirer et en évacuant l'humidité (polyester Coolmax, polypropylène). Attention à ne pas prendre des modèles trop épais qui risquent de rajouter du volume dans les chaussures.

L'humidité favorise la prolifération des bactéries qui engendrent les mauvaises odeurs. Elle est également responsable de l'échauffement des pieds et, à terme, de l'apparition des ampoules. Il est alors recommandé de se tourner vers des matières antibactériennes comme la laine.

Les matières synthétiques ne sont pas réellement recommandées, car elles échauffent vite les pieds. Contre les ampoules, on peut se tourner vers des chaussettes doubles ou renforcées au niveau des zones stratégiques.

Quand faut-il changer ses chaussures de randonnée ?

Les chaussures de randonnée doivent être remplacées périodiquement, notamment lorsqu'elles montrent certains signes d'usure comme :

  • des lacets qui s'effilochent,
  • une tige et des coutures abîmées (craquelures, déchirures…), entrainant des problèmes de stabilité et d'étanchéité,
  • des œillets et crochets de laçage tordus ou manquants,
  • des chaussures déformées,
  • un collier de cheville endommagé,
  • des semelles de confort en fin de vie, rendant la marche inconfortable,
  • des semelles intercalaires aplaties,
  • des semelles usées,
  • un défaut d'imperméabilité,
  • différentes gênes qui entrainent des ampoules, des pieds endoloris, des douleurs articulaires, ou encore des maux de dos.

Si l'un ou plusieurs de ces signes font leur apparition, il faudra penser à se procurer une autre paire pour s'attaquer à de nouvelles pistes.

Quels sont les équipements de sport outdoor indispensables ?

Si les chaussures tiennent une place majeure dans une activité comme la randonnée. Il existe encore d'autres équipements à se procurer.

Un sac à dos adapté

Le sac à dos permet de ranger toutes ses affaires lorsqu'on fait du sport outdoor. Si on compte dormir à la belle étoile, un sac d'une capacité d'au moins 35 L est nécessaire pour pouvoir emporter un sac de couchage, les protections en cas de pluie, voire même une tente. Pour une petite sortie de plein air, un sac d'environ 20 L conviendra parfaitement. D'ailleurs, les sacs trop lourds sont à éviter pour ne pas se fatiguer trop vite.

Les bâtons de randonnée

La marche et les autres activités sportives de plein air peuvent se pratiquer ou non avec des bâtons. Cependant, pour la marche nordique, ils sont plus que conseillés. Ils permettent de s'appuyer pour la montée et favorisent l'équilibre lors de la descente.

Les vêtements et autres accessoires

Des vêtements adaptés sont aussi importants. Ils ne doivent pas gêner lorsqu'on bouge et on doit être à l'aise, même lorsqu'il fait chaud. Si le temps se rafraîchit, on devrait pouvoir enfiler un autre vêtement par-dessus, notamment en montage.

Il est aussi conseillé de prévoir un vêtement efficace contre les intempéries. Il faut vérifier que la veste de randonnée a une capuche, est imperméable, ou encore possède des bandes réfléchissantes.

Pour les autres accessoires supplémentaires, une montre GPS permettra de connaître sa position. Une paire de lunettes de soleil adaptée et une casquette sont également indispensables pour partir à l'aventure confortablement.

À lire aussi : Les conseils pour une randonnée réussie avec vos enfants

Logo Terre Auteur
Les conseils de Terre.tv

Votre guide de voyage pour la garantie d'un séjour réussi !

Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires