Italie

Que faire en Sardaigne : 20 lieux incontournables

Vous prévoyez de visiter la Sardaigne lors de votre prochain voyage ? Vous voulez en savoir plus sur les plus beaux endroits à visiter ? Vous êtes au bon endroit ! Pour vous aider à planifier votre séjour, nous avons préparé ce guide des 21 meilleures choses à faire en Sardaigne, avec toutes les attractions incontournables de l'île.

1. Cagliari

La capitale de la Sardaigne mérite bien que vous preniez le temps de l'explorer ! Pour commencer, direction sa Marina, pleine de charme, pour déjeuner en terrasse ou faire un peu de shopping. La visite incontournable ? Le bastion San Remy, élevé au 19ème siècle pour défendre la ville, dont il est aujourd'hui l'emblème. À quelques pas, vous découvrirez la torre dell'elefante (la "tour de l'éléphant"), construction du 14ème siècle qui doit sont nom à la sculpture de pachyderme qui la décore. Vous pouvez même prendre le temps d'y monter pour admirer la vue (entrée : 3 €). Mais la ville abrite nombre d'autres lieux intéressants, tels son amphithéâtre romain, la cattedrale di Santa Maria ou encore son superbe centre historique !

1. Cagliari
© Istock

2. Le musée archéologique national

Installé à Cagliari, le museo archologico nazionale est le musée le plus important de Sardaigne. Ses collections couvrent une vaste période, de l'époque prénuragique (6000 ans avant notre ère) jusqu'à l'époque byzantine. Les collections sont principalement constituées de découvertes effectuées à Cagliari même et dans ses environs, et elles se composent d'artefact de l'Âge de Bronze, carthaginois, grecs et romains. Le musée est principalement réputé pour ses statues de bronze nuragiques, mais vous y découvrirez nombre d'autres pièces intéressantes !

Horaires et tarif

Ouvert du mardi au dimanche, de 09H00 à 20H00 – Fermeture de la billetterie à 19H15. Entrée : 7 € - 18 à 25 ans : 2 €. Possibilité de billet groupé pour le Musée et la Galerie Nationale (tarif plein 9 € - 18 à 25 ans : 4 €). Gratuit pour les moins de 18 ans.

2. Musée Archéologique
© Itinari.com

3. Nora

Ce remarquable site archéologique est situé sur la péninsule de Capo di Pula, près de Cagliari. Il s'agit des vestiges d'une cité tour à tour phénicienne et romaine, rendue célèbre par la stèle de Nora : le plus ancien document écrit d'Europe, découvert ici au 18ème siècle. Seule une partie du site a fait l'objet de fouilles jusqu'à présent, une grande partie se trouvant sur un territoire appartenant à l'armée. Ouvert au public, il accueille aussi de nombreux concerts en été, qui se tiennent dans l'antique amphithéâtre romain.

Nora
© Istock

4. Sassari

C'est la deuxième ville de Sardaigne... et pourtant, la ville de Sassari est encore trop souvent délaissée par les touristes. Cette bourgade pittoresque a beaucoup de charme, et elle compte même quelques pépites. Parmi les incontournables : la Piazza Italia, la cathédrale San Nicola et son campanîle, l'église San Antonio Abate ainsi que son Teatro Civico. La ville est aussi connue pour être le théâtre de la Cavalcata Sarda, grande fête qui se déroule chaque année, l'avant-dernier dimanche de mai. Défilé et manifestations s'enchainent tout au long de la journée : une belle occasion de découvrir la culture et le folklore local !

Sassari
© Istock

5. L'église Santissima Trinità di Saccargia

La très belle église Santissima Trinità di Saccargia est située à environ 17 km de Sassari. Ce bel édifice du 12ème siècle, en pierres blanches et noires, et une petite merveille architecturale. Magnifiquement restaurée au 20ème, elle est isolée au cœur d'une nature sauvage, qui sublime encore sa belle allure. Une fois sur place, ne manquez pas d'entrer pour admirer les fresques qui ornent son abside. Entrée libre.

Eglise Santissima Trinita
© Istock

6. Alghero

Voisine de Sassari, sur la Riviera del Corallo (la "côte de corail"), la ville d'Alghero a la particularité d'être imprégnée de culture espagnole. Il faut dire qu'une grande partie de la population est d'origine Catalane. La ville tirerait d'ailleurs son nom du catalan Alguer ("algue"). La langue y est toujours parlée de nos jours, et elle a même un statut officiel. Ville universitaire, Alghero est aussi très touristique. Il faut dire qu'elle possède la particularité d'avoir presque entièrement conservé ses fortifications. Elle abrite aussi de très beaux monuments. Parmi les incontournables : la cathédrale di Santa Maria, dont le campanîle offre une vue panoramique qui vaut le coup d'œil ! La ville abrite aussi le musée du corail, car ses riches fonds marins ont donné naissance à un art local très spécifique. À ne pas manquer non plus : un détour par l'église Saint-Michel et son remarquable dôme polychrome, ou un moment de détente en terrasse Piazza Civica ! La ville est enfin entourée de deux zones protégées : l'Area naturale marina protetta Capo Caccia - Isola Piana et le Parco regionale di Porto Conte.

Alguero
© Istock

7. La nécropole d'Anghelu Ruju

Le site a été mis à jour par hasard en 1903. Depuis, il a révélé près de 40 grottes artificielles, reliées par des escaliers et des couloirs ornés de piliers, de bas-reliefs et de peinture datant du néolithique. Le site d'Anghelu Ruju est à ce jour la plus grande nécropole préhistorique de Sardaigne, et il conserve toujours jalousement ses mystères. Certains artefacts ont été transférés au musée archéologique de Cagliari ou au musée d'Alghero. Mais pour s'imprégner de son atmosphère particulière, il mérite bien une petite visite !

Horaires et tarifs

  • De novembre à mars : 10H00 – 14H00 ;
  • Avril : 09H00 – 18H00 ;
  • De mai à septembre : 09H00 – 19H00 ;
  • Octobre : 09H00 – 18H00.

Entrée : 5 € - Tarif réduit (14 à 18 ans) : 4 €.

Necropole
© Algheroturismo.eu

8. Les grottes de Neptune

La Sardaigne est fameuse pour ses paysages somptueux. Parmi les plus remarquables : les grottes de Neptune, située à une vingtaine de kilomètres d'Alghero. Découverts par hasard par un pêcheur, au 18ème siècle, les lieux sont en partie ouverts au public. Ils sont accessibles par l'Escala del Cabirol, un escalier de 654 marches serpentant le long du massif de Capo Caccia, ou par la mer, au départ d'Alghero ou de Porto Conte. Les différentes explorations ont permis de découvrir des cavités adjacentes (fermées au public) dans lesquelles des tombes et artefacts du néolithique ont été découverts. Outre leur intérêt géologique, les grottes de Neptune comptent donc aussi parmi les sites archéologiques de premier plan en Sardaigne.

Grottes De Neptune
© Istock

9. Olbia

Mi-station balnéaire, mi-ville d'histoire, Olbia est l'une des localités incontournables de l'île ! Son bâtiment le plus emblématique est sans doute la basilique de San Simplicio. Cet édifice du 11ème siècle est le plus ancien bâtiment non-Romain de Sardaigne. La ville compte une autre église remarquable, à l'architecture étonnante : Saint-Paul l’Apôtre. La ville abrite en outre un musée archéologique national en accès libre, ouvert du mercredi au dimanche. Olbia est aussi le spot parfait pour s'offrir une petite séance de shopping et lézarder à la terrasse d'un café !

Olbia
© Istock

10. L'archipel de la Maddalena

Au Nord-Est de l'île s'étend la Costa Smeralda – ou côte d'émeraude – qui doit son nom à la couleur exceptionnelle de ses eaux. La mer verte contraste joliment avec les falaises en granit rose, mais ce paysage sublime n'est pas le seul atout de la région. Vous pourrez effectivement y découvrir le magnifique archipel de la Maddalena. Au total, il compte 62 îles, dont les plus connues sont La Maddalena et Caprera. Cette dernière est célèbre pour avoir été la dernière demeure de Giuseppe Garibaldi. Sa Maison blanche est d'ailleurs désormais un musée. Petite curiosité : le calendrier et l'horloge qui marquent encore le moment de sa mort, le 2 juin 1882 à 18H21. L'île de Caprera a aussi la particularité d'offrir d'agréables chemins de randonnée... et de nombreuses plages, bien sûr !

Maddalena
© Istock

11. L'île de San Pietro

L'archipel des Sulcis (Arcipelago del Sulcis ou encore Sulcitano) est situé au sud-est de la Sardaigne. La plus grande des îles qui le composent est Sant'Antioco, mais s'il ne fallait en visiter qu'une ? Alors, ce serait sans doute l'île San Pietro ! Elle tient son nom actuel d'une légende selon laquelle Saint Pierre y aurait fait halte. Aujourd'hui protégée, l'île héberge notamment un grand nombre de faucons d'Éléonore, petit rapace bien connu des romains, qui appelaient d'ailleurs l'île Accipitrum Insula : l'île des faucons. Vous pourrez également découvrir le bourg de Caloforte. Non seulement il est plein de charme, mais c'est l'occasion d'y goûter à quelques spécialités. Si le pesto y est fameux, vous pourrez aussi découvrir le cascah. Cette recette de couscous sans viande est typique de la ville, fondée par des pionniers arrivés de l'île de Tabarka en Tunisie.

San Pietro
© Istock

12. La Strada Panoramica della Costa del Sud

La route panoramique de la côte du sud (ou SP71) est longue de 25 km, et elle s'étend de Chia à Teulada. Comme son nom l'indique, elle offre de superbes panoramas, et un bel aperçu des falaises, typiques des côtes de la Sardaigne. Elle vous donnera aussi l'occasion de découvrir des lieux pittoresques, à commencer par son point d'arrivée : Teulada. Entre plages et forêts, vous y admirerez l'un des nombreux nuraghi de l'île : Sant’Anna. Mais avant ça, la route vous entrainera aussi vers les vestiges de Bithia, l'un des sites archéologiques majeurs de l'île. Vous pourrez aussi faire halte sur l'une des plus belles plages de sable blanc de Sardaigne : la plage de Tuerredda.

Strada Panomarica
© Pinterest

13. Orgosolo

L'origine d'Orgoloso est très ancienne, comme en témoignent les nombreux vestiges de la culture nuragique: un village de pierre, des dolmens, ainsi que l'une des fameuses tombes de géants. Mais si le village est célèbre, c'est parce qu'il est intimement liée au mythe du bandit Sarde. Il est vrai que la vie y était rude, et que les vols de bétails et les enlèvements contre rançons y ont longtemps été monnaie courante ! Aujourd'hui, cependant, Orgoloso se distingue grâce à l'art. Car ses rues comptent plus de 400 fresques, ce qui fait d'elle un musée contemporain à ciel ouvert. La plupart d'entre elles sont politiques, et elles ont un lien avec des conflits locaux ou internationaux. Certaines illustrent la vie locale. Cette tradition est relativement moderne, puisqu'elle a débuté en 1968, grâce au collectif Dioniso. Francesco Del Casino – professeur de dessin – et ses élèves prirent bientôt la suite. Et nombre d'artistes venus du monde entier perpétuent cet art des rues. Orgoloso est aussi connu pour une autre tradition, bien plus ancienne : les chants polyphoniques.

Orgosolo
© Istock

14. Le Trenino Verde

S'il est géré par le réseau de transport public de Sardaigne ARST, le "petit train vert" n'est pas un transport en commun traditionnel. Il s'agit plutôt d'un train touristique. Mais un train touristique qui compte le réseau le plus important d'Europe, avec 438 km, pour cinq parcours différents :

  • Palau – Tempio ;
  • Macomer – Bosa ;
  • Mandas – Laconi ;
  • Mandas – Seui ;
  • Arbatax – Gairo.

Si ce drôle de petit train a un charme fou, il offre aussi une variété de points de vue inédits sur la Sardaigne, dont vous ne pourriez pas profiter en suivant les routes traditionnelles. La région qui se prête le mieux à un voyage en Trenino Verde est sans doute la Gallura, où les vignobles alternent avec les chênes-lièges et les oliviers. Mais le réseau permet de découvrir quasiment toute la Sardaigne !

Il est à noter que ces parcours peuvent varier en fonction des travaux de rénovation. Le Trenino Verde circule en haute saison, et le tarif varie en fonction de votre itinéraire. Comptez 18 à 34 € par personne. Renseignements : treninoverde.com.

Petit Train Vert
© Sardegnaturismo.it

15. Le Parco Aymerich

Si la Sardaigne est connue pour sa nature sauvage, elle abrite aussi nombre de jardins remarquables. L'un des plus agréables se situe du côté de Laconi, c'est le Parc Aymerich. Ce parc urbain de plus de 20 hectares abrite les vestiges du château Aymerich, du nom des derniers seigneurs de Laconi. Si les fondations de l'édifice datent vraisemblablement de 1053, il a connu nombre de modifications au cours des siècles. L'édifice est pourtant loin d'être le seul attrait du lieu, puisque les Aymerich firent planter un bois et un jardin exotique. Vous pourrez ainsi y admirer des essences introuvables sur l'île – comme le pin corse – ainsi qu'un majestueux cèdre du Liban. Le parc abrite par ailleurs une belle cascade auprès de laquelle il fait bon flâner, en particulier en été.

Horaires et tarif

Ouvert de 08H00 à 19H00 en juin, juillet et août et de 08H00 à 20H00 en hiver. Entrée libre.

Parco Aymerich
© Sardegnaturismo.it

16. Santa Margherita di Pula

Avec son sable gris aux reflets rosés et son eau cristalline, la plage de Santa Margherita di Pula est l'une des plus belles plages de Sardaigne. Elle est aussi appréciée des amateurs de surfs que des familles venues simplement se baigner. C'est aussi l'un des plus beaux spots de plongée de l'île. Au programme : un fond sableux de 40 mètres de profondeur, des vestiges romains, et une faune et une flore sous-marines admirables. Il est à noter que la plage – bien équipée – est aussi accessible aux personnes à mobilité réduite.

Santa Marguerita
© Sardegnaturismo.it

17. Les temples-pluie

La civilisation nuragique conserve encore bien des secrets. Parmi les plus mystérieux : les temples-pluie. Destinés au culte de l'eau, ces grands puits – généralement accessible grâce à un escalier – sont orientés de façon à refléter la lumière de la lune et des étoîles. Pour tenter de percer leur secret, vous pouvez en visiter trois :

  1. Le Santuario di santa Vittoria (Serri), site archéologique comptant parmi les plus anciens et les plus importants de Sardaigne, il doit son nom à l'église byzantine qui y fut bâtie ;
  2. Le Santuario di sant’Anastasia (Sardara), dont le puits sacré est appelé funtana de is dolus (source des douleurs), équipé d'un mécanisme de dessèchement, permettant aujourd'hui d'entrer et de descendre jusqu'au fond ;
  3. Le Santuario di santa Cristina (Paulilatino), le mieux conservé de tous les temples-pluies sardes.
Temples Pluie
© Sardegnaturismo.it

18. Les phares

La Sardaigne est une île qui occupe une place stratégique dans la méditerranée. Rien d'étonnant à ce qu'elle soit jalonnée de nombreux phares. Nul doute que vous les croiserez au cours de votre séjour, mais certains d'entre eux valent la peine de s'y arrêter... voire d'y séjourner ! L'un des plus * est celui de Terre Grande, à Oristano. Cette tour bâtie au 16ème siècle sur ordre de Charles Quint fut la plus grande défense côtière, et elle fut transformée en phare au 19ème siècle. Aujourd'hui automatisé, ce phare abrite un musée de tours côtières. Le phare du cap Spartivento est plus récent, puisqu'il fut bâti en 1866. Depuis sa rénovation en 2006, c'est une maison d'hôte de luxe, quoi qu'il demeure en activité. Avec une variété de styles architecturaux – et d'utilités annexes – les phares de Sardaigne méritent définitivement que vous leur accordiez un peu d'attention !

Phares
© Wikipedia

19. Les Nuraghi

Le Nuraghe est une tour de pierre de forme conique emblématique de la culture nuragique. Leur fonction exacte demeure indéterminée. Car comme vous le constaterez vite en parcourant la Sardaigne, leur taille et leur emplacement varie. Difficîle de leur prêter une fonction défensive, et il pouvait sans doute s'agir de temples ou tout simplement d'habitations. L'ensemble le plus connu est Su Nuraxi, qui compte parmi les lieux les plus emblématiques de l'île. C'est d'ailleurs le seul site de Sardaigne à être inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Mais ce sont près de 7000 Nuraghi qui jalonnent l'ensemble de l'île.

Nuraghi
© Sardegnaturismo.it

20. Les tombes des géants

Ces édifices mégalithiques sont visibles un peu partout sur l'île. Il s'agit de monuments funéraires collectifs, propres à la Sardaigne : vous ne verrez rien de comparable nulle part ailleurs en Europe. Parmi les plus connus, on compte Su Mont'e s'Abe (Olbia). Mais les plus intéressants à découvrir sont les tombes des géants de :

  • Capichera ;
  • Li Lolghi ;
  • Coddu Vecchju ;
  • Madau ;

Mais vous aurez l'occasion d'en croiser bien d'autres ! Il est à noter que certains proposent même des livrets explicatifs en français (c'est notamment le cas de Coddu Vecchju).

Tombes Géants
© Istock

21. Tharros

Située sur la péninsule de Sinis, Tharros fut fondée au 8ème siècle avant notre ère sur un site nuragique. Abandonné depuis le 11ème siècle, le site se présente comme invite à un véritable voyage dans le temps à travers ses anciennes rue, entre maisons et boutiques romaines. Vous y découvrirez aussi un temple, un nécropole et une petite église primitive : San Giovanni.

Horaires et tarifs

Ouvert du mardi au dimanche, de 09H00 à 17H00, de novembre à mars. Ouvert tous les jours de 09H00 à 18H00 d'avril à octobre. Billet combiné ville + tour + musée : 9 €. Tarif réduit pour les moins de 25 ans et plus de 65 ans. Possibilité de billet individuel (ville, tour ou musée) : 5 €.

Tharros
© Istock

À lire aussi :

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.